operavivi Jon Vickers et Callas
commis le 15/11/03

      Ils n'ont chanté ensemble que Medea (la Diva a regretté de ne jamais avoir eu l'occasion de chanter Norma avec Jon Vickers en Pollione, le Divo aussi et moi encore plus sans doute !). Ci-dessous, quelques lignes tirées de l'interview de Jon Vickers avec le critique Éric Dahan de Libération .

    Éric Dahan Et Médée avec Callas ?

Jon "Vivi" Vickers – " C’était à Dallas, elle n’arrêtait pas de me casser en répétition. Puis elle se plaignait qu’elle avait froid et partait avant la fin. Le soir de la première, elle m’a embrassé sur scène et m’a dit « Enfin un ténor qui sait jouer ». La dernière fois qu’on a chanté ensemble, c’était au théâtre antique d’Épidaurus, devant 25 000 personnes. Je l’ai félicitée et elle m’a dit : « Tu te fous de moi, je suis une grosse femme avec une voix horrible »".

    Dans l'Avant-Scène Opéra consacré à Otello (N°3) il avait déjà exprimé son admiration pour le génie de Callas :

     "Maria Callas et Wieland Wagner ont révolutionné le monde de l'opéra par leur génie. Chaque note des Puritains ou de Medea signifie quelque chose. Quand Callas chantait "Minacci tu, minaccio anch 'io", tout le monde avait le frisson. "

     Dans Opéra international n° 261 d'octobre 2001 (interview de Monique Barichella), Jon Vickers s'étend sur ses relations privilégiées avec la Diva :

"...je suis évidemment conscient de l'immense privilège qui a été le mien de pouvoir chanter [...] avec les meilleurs chanteurs de ce temps, Maria Callas en particulier, qui, avant d'accepter Medea, me demandait d'abord si j'étais libre... sinon elle refusait".

MB - Parlez-nous un peu de Maria...

   Jon "Vivi" Vickers - Nous avions un merveilleux rapport personnel, sans doute parce que nous avions une approche commune de l'opéra : rester humble vis-à-vis de la partition. .... Chanter avec elle était un incroyable bonheur, elle était absolument magique en scène. La soi-disant "diva capricieuse" m'est totalement inconnue, et je crois qu'il n'il y a rien de vrai dans ces histoires. C'est elle-même une authentique héroïne d'opéra tragique, avec une vie triste et dramatique. Avec les hommes elle n'avait aucun discernement : Meneghini était un abruti et Onassis a été horrible avec elle, il l'a détruite.

   Je l'aimais énormément. Malheureusement , quand j'ai finalement abordé le rôle de Pollione, longtemps après, elle ne chantait plus. Lors de nos Medea, elle était déjà en fin de carrière et elle avait développé un large vibrato. Ainsi, à la Scala, au cours de la saison 1961-1962, pendant notre duo, sa voix s'est mise à bouger sur le mot "passioni" et le public a réagi en imitant à haute voix son tremblement "paa-ssii-oni". Je suis resté pétrifié. À ce moment-là, elle devait me dire "Ho dato tutto a te ! Crudel ! Crudel ! Io non voglio che te solo" [à toi j'ai tout donné ! Cruel ! Cruel ! Je ne veux que toi seul !]... et elle s'est retournée vers le public pour lui jeter cette phrase en pleine figure ! C'est tout le génie de Callas. Il y a eu un silence de mort, tout le monde avait compris, puis soudain ils se sont mis à hurler : "Brava Maria, brava Maria !" Je ne sais plus qui m'a dit un jour que le public était une foule ingrate".

Enregistrements disponibles

         Medea, opéra en 3 actes de Luigi Cherubini (1760-1842). On ne trouve que 3 versions commercialisées des interprétations de Callas et Vickers seulement, enregistrées à Dallas, Londres et Milan, mais il existe certainement des "pirates".

11/08/58 Medea, Dallas, State Fair Music Hall (Dallas Civic Opera Company), chef Nicola Rescigno

nouvelle production dirigée par Aléxis Minotís; mise en scène et costumes Giánnis Tsaroúchis

Enregistrements : MELODRAM MEL 26016 1988; GALA GL 100.521 [1994, couplé avec Acte 3 enregistré le 5 juillet 1953 à Florence, chef Vittorio Gui, Giasone Carlos Guichandut]

Distribution :
Maria Callas : Medea
Jon Vickers : Giasone
Elizabeth Carron : Glauce
Nicola Zaccaria : Creonte
Teresa Berganza : Neris
Judith Raskin : première servante
Mary MacKenzie : seconde servante
Peter Bender : un chef des gardes

 
6/30/59 Medea,: London, Royal Opera House, Covent Garden, chef Nicola Rescigno

régie d'Aléxis Minotís (Dallas production); éclairage William Bundy

Enregistrements : MELODRAM MEL26005 1987; VIRTUOSO 2697262 [1989];OPERA ITALIANA OPI 10 1990; ARKADIA CDMP464.2 1992; SAKKARIS PR.SR. 267/268 1997; SAKKARIS SR.DIVA1121/1122 1999

Distribution :
Maria Callas : Medea
Jon Vickers : Giasone
Joan Carlyle : Glauce
Nicola Zaccaria : Creonte
Fiorenza Cossotto : Neris
Mary Wells : première servante
Elizabeth Rust : seconde servante
David Allen : un chef des gardes


12/11/61 Medea, Milano, Teatro alla Scala, chef Thomas Schippers ;

chef des chœurs Norberto Mola; régie d'Aléxis Minotís ; décors de Giánnis Tsaroúchis ; directeur de la préparation scénique Nicola Benois ; compositeurs de la chorégraphie Aléxis Minotís, Maria Hors ; chef collaborateur Antonio Tonini; chef des répétitions Vasco Naldini ; mise en scène d'Antonio Molinari

Enregistrements : HUNT 2CDLSMH 34028 1988; ARKADIA CDMP428.2 1991; OMBRA RECORDS OMB7003 1998 (abridged, recording from a different source); OPERA D’ORO OPD 1251 2000

Distribution :
Maria Callas : Medea
Jon Vickers : Giasone
Ivana Tosini : Glauce
Nicolai Ghiaurov : Creonte
Giulietta Simionato : Neris
Edith Martelli : première servante
Maddalena Bonifaccio : seconde servante
Alfredo Giacomotti : un chef des gardes

Et si vous n'avez pas trouvé votre bonheur dans ce site, désolé,
essayez google sur le ouaibe
     

haut de page erreurs et réclamations (ou autres) merci de m'écrire  sommaire

 

 

...

 

.

 

 

.