operavivi   bibliographie lyrique viviphile

commis le  19/11/03     

Bibliothèque opéra d'un amateur opéraviviphile

Wolfgang Amadeus MOZART. Jean et Brigitte Massin. Paris, Fayard, 1983 (première édition 1970). 1200 pages + annexe + carte + tableau synoptique ! La Bible mozartienne, le Livre (si on me passe le pléonasme).

Mémoires de Lorenzo Da Ponte Librettiste de Mozart. Lorenzo Da Ponte. Paris Mercure de France Le temps retrouvé, 1988, 390 pages avec l'index. L'auteur parle plus de lui et de ses mésaventures que du divin Mozart, mais le peu qu'il en dit nous est des plus précieux. Se lit comme un roman.

Bernard SHAW Écrits sur la musique, 1876-1950 Edition Robert Laffont, collection Bouquins, Paris, 1994, permet de se familiariser avec l'oeuvre, le chapitre Le parfait wagnérien contient un synopsis intelligent et amusant du Ring où l'on apprend que Shaw appelait le nain Mime Mimile. Mais Shaw appréciait aussi Mozart (Don Giovanni était pour lui le plus bel opéra au monde, un choix pas si incongru, non ?), Beethoven (et son Fidelio), Richard Strauss. Par ailleurs (nobody's perfect) Shaw affecte d'être francophobe, il est chauvin comme pas un, il montre souvent une parfaite mauvaise foi (ainsi les orchestres anglais sont les meilleurs du monde et il ne cesse de s'en plaindre), accable ses contradicteurs d'une ironie et d'un humour féroces, pas toujours dépourvus de la mauvaise foi précédente, ses jugements sont tranchants, au final un véritable régal !

LES STARS de l'Opéra. Grands artistes lyriques de l'histoire de l'opéra. Enrico Stinchelli. Rome Gremese 2002 (1992 pour la première édition). Un ouvrage presque exhaustif, d'où son seul-?- défaut, chaque artiste ne se voit consacrer que quelques lignes, sauf les chouchous transalpins (et c'est là peut-être le deuxième seul-?- défaut de ce livre qu'il faut quand même acheter ou emprunter) qui ont jusqu'à une page. Voir notice Vickers vivi ici.

Vivre l'opéra. Jean Gourret. Les Publications universitaires, 1975, 192 pages d'anecdotes et d'analyses, surtout intéressant par son évocation des grands chanteurs français, Bacquier, Blanc, Massard, Souzay, Vanzo et de Mady Mesplé.

L'opéra italien. Gilles de Van. Paris, PUF, Que sais-je ? 2000, 128 pages.

DICTIONNAIRES DES INTERPRÈTES et de l'interprétation musicale au XXème siècle. Alain Pâris. Paris, 1995, Robert Laffont. Dit du bien de Vickers, donc excellent bouquin de la collection Bouquins ! Utile pour situer les comprimarii (seconds rôles).

Dictionnaire de L'OPÉRA. Harold Rosenthal et John Warrack. Traduit de l'anglais par Aziz Izzet et revu et complété par Jacques Bourgeois et Éric Deschamps. Préface de Jacques Bourgeois, Paris, Fayard, 1974, 420 pages. Succinct, évident, incontournable.

GUIDE DE L'OPÉRA. Harold Rosenthal et John Warrack. Édition française réalisée par Roland Mancini & J.J. Rouveroux. Paris, Fayard, Les Indispensables de la Musique, 1995, 968 pages. Ne fait pas doublon avec le précédent, désolé, faut les deux...

TOUT L'OPÉRA. Gustave Kobbé. Traduit de l'anglais par Marie-Caroline Aubert, Denis Collins et Marie-Stella Pâris, adaptation française de Martine Kahane, compléments de Jean-François Labie et Alain Pâris. Paris, Robert Laffont, 1999, 1065 pages. Un monument  historique. Aurait-il pas besoin d'un petit ravalement ? À vous de voir.

Livrets d'opéra. Édition bilingue. Alain Pâris. Paris, Robert Laffont Bouquins, 1998, Tome I De Beethoven à Purcell, Tome II de Rossini à Weber. Un must quand les livrets -en français- se font rares dans nos CD !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Opéras de Mozart. Jean-Victor Hocquard, Paris, Les Belles Lettres / Archimbaud, 1995, 974 pages. Ce livre regroupe les ouvrages de l'auteur parus séparément chez Aubier de 1979 à 1986 et consacrés aux Nozze di Figaro, Don Giovanni, Cosi fan tutte, die Zauberflöte, la Clemenza di Tito. Encore un indispensable pour qui aime le Mozart lyrique, chaque chef-d'oeuvre du doux génie est non pas disséqué mais expliqué, exposé, détaillé et fait l'objet de l'éclairage sans ombre d'un érudit passionné.

L'OPERA. François-René Tranchefort. Paris, Seuil, 1983 637 pages. Tranchefort consacre à chaque opéra connu (ou moins Intoleranza de Nono...) quelques lignes ou pages avec des renseignements historiques succincts, les personnages, l'argument, la musique, etc. Tout à fait recommandable

Opéra Une histoire en photos 1900-2000 Matthew Boyden Editions Hors-Collection, 2001, 24,09 € TTC 176 pages de bonheur pour tout amateur de lyrique ! Comme son nom ne l'indique pas (l'histoire de l'opéra ne se réduit pas à l'histoire des chanteurs, les compositeurs, les chefs, les metteurs en scène, les musicologues y jouent une part au moins aussi importante, sinon bien plus), il s'agit d'une revue des chanteurs les plus importants du siècle dernier (en débordant sur l'avant-dernier avec des Patti, Melba, Maurel dont l'essentiel de l'activité vocale s'est déroulée au 19ème) sur le modèle une grande photo page paire et un texte d'une page, sans tendance hagiographique, bien au contraire !

Premier constat : pas/peu de chanteurs français (Maurel, Pons d'ailleurs naturalisée américaine, Thill, seule Crespin sauve l'honneur pour les contemporains).

Deuxième constat : la relève ne se fait pas, sans parler de Thill, Melchior, Flagstadt, Pinza, sans parler de Christoff, Gedda, Vickers, Callas, Ferrier, Danco, Sutherland, Schwartzkopf, etc. qui vient en relève des Domingo, Pavarroti, Milnes, Carreras, Van Dam, Caballé, Freni, DFD ?

Pour les "modernes" la moisson est maigre, et de qualité et de fraîcheur inconstantes, un quarté Bartoli, Fleming, Terfel, Ramey pour tout potage, c'est pas désespérant ? Et en plus l'a oublié Heppner. 

Et le fait que le texte date apparemment de quelques années (95 ou 96 ?) ne change rien au problème...

Troisième constat : nous avons donc encore de bons, d'excellents moments à passer avec nos CD et vinyles, en tout cas avec les enregistrements anciens, et des découvertes à faire pour les moins éduqués d'entre nous (je ne connais -un peu- Melchior que depuis une quinzaine d'années ! restent à découvrir des Destinn, Jeritza, Borkh et autres Tauber).

Achetez-le si vous aimez les chanteurs (et ne croyez pas tout ce qu'il dit, notamment de Vickers, Vivi ne chevrote pas, il a juste un vibrato un peu irrégulier et en tout cas n'est pas scientologue mais protestant méthodiste et aussi pour d'autres, Titta Ruffo n'est pas vraiment un ténor !).

 

Et si vous n'avez pas trouvé votre bonheur dans ce site, désolé, essayez google sur le ouaibe :